Histoire des Multis: Sommaire - Numéros - Liste Alphabétique - Architectes

 

DF15, Atlantic, ?
1988 plan Joyon. Catamaran de 22m fabriqué avec des éléments de récupération:
A acheté les coques du catamaran Elf-Aquitaine pour une bouchée de pain. Francis Joyon travaille sous une tente. Il construit une poutre centrale en contre-plaqué et en polyester. Le bras arrière est celui de Roger & Gallet, le mât vient de Stalaven qui était en 3 morceaux. Et a des voiles de récupération


1988 "Course au Large" octobre, les coques changées sur Elf Aquitaine en 85 ont été rachetées par F Joyon, …
IB Express
4 décembre, Route de la Découverte, Cadix-St Domingue: 17e/19ttc en 22j à 7j. 3e/3 multicoques. Francis JOYON
"Grand Voile" FFV Février 1989,

1989 Février, Francis Joyon raméne le bateau des Antilles en Bretagne - seul et en plein hiver - en 14 jours. Quasiment sans pilote (défaillant)...
Pré-inscrit à la Transat en Double Lorient-St Barth avec ? comme équipier.
BPBO
24 avril, Transat en Double, Lorient-St Barth-Lorient: DNF/24ttc équipier: ?, Francis JOYON
Dématage, a rélaché à Horta puis a fait route vers Lorient avec un gréément de fortune

BPO, 70
1990 Cinq jours avant le départ de la Route du Rhum, Francis Joyon doit raccourcir son catamaran, offrant l’image insolite d’un bûcheron à l’égoïne enlevant trois mètres à ses coques. L’UNCL lui impose une nouvelle qualification, un aller-retour d’Ouessant par force 8-9, 3 jours avant la course !
Route du Rhum: 10e/27ttc
en 17j13h14 à 2j19h. Francis JOYON

Dixième en Guadeloupe, avec un bateau exsangue, Francis perdra celui-ci lors du convoyage retour.
"à 1 000 milles au nord de Saint-Martin, il démâte, la chute de l’espar entraînant une voie d’eau et l’abandon de BPO. Francis est recueilli sain et sauf par un bananier qui fait route vers Panama."

Bateau abandonné

1991 "Voiles et Voiliers" janvier:

2000 "Voiles et Voiliers" aout, extraits d'un article sur Francis Joyon aprés sa victoire dans l'Ostar 1990:

2017 Avril, "L’histoire aurait pu s’arrêter là. Si ce n’est que vingt-sept ans après, un mois après son retour victorieux du Trophée Jules Verne, un message arrive sur sa boîte mail. Il émane d’un jeune Québécois, Jean-François Albert, qui a découvert sur une plage déserte un tronçon de flotteur marqué d’une inscription largement effacée. L’endroit est désert : la plage de Wild Cow Run, sur l’île de Middle Caicos aux îles Turks-and-Caïcos. L’épave gît à la lisière de la plage et de la forêt. « Je n’y connais pas grand-chose écrit Jean-François, mais sans doute que ce morceau de flotteur a été déposé à la faveur d’un ouragan ou d’une tempête car cette plage est située à l’intérieur d’une barrière de corail. » En tout cas, Jean-François, passionné de kite, mène une longue enquête et pense qu’il peut s’agir de l’ancien BPO. Bingo ! La preuve que rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme."